Visit our COVID-19 resource hub   

New research: Community conservation means more fish in the sea

New research: Community conservation means more fish in the sea
6
May

New research published this week has shown that community-led marine conservation can increase the size of fish populations − a critical objective for conservationists working to protect coral reefs.

The study, published this week in the journal Ocean and Coastal Management, analysed data collected from five community-managed reserves (areas permanently protected from fishing) within the Velondriake Locally Managed Marine Area (LMMA) in southwest Madagascar. 

The reserves were studied over seven years by marine scientists and volunteers from Blue Ventures, and compared with five nearby fished ‘control’ sites. The study aimed to understand whether these reserves could have a positive effect on fish populations on local coral reefs. 

On each reef, the number and length of fish were surveyed by divers annually to estimate the total weight of fish found within a defined area. This is known as biomass, a simple but accurate method of assessing the health of marine ecosystems.  

The reserves began to show improvements after just two years of protection, and after six years biomass rose to almost three times (189%) that of fished reefs. One reserve housed an extraordinary 6.5 times (555%) as much biomass as the fished control site. The research found that community-led marine conservation − the basis of Velondriake’s approach − can deliver compelling improvements to reef health. 

“The idea that protecting areas from fishing can improve fish populations isn’t new −  it’s been around for generations” said Hannah Gilchrist, the study’s lead author. “However very little ecological evidence supports the idea that fishing communities themselves − not governments or outside authorities − can manage the oceans in a way that leads to healthier reefs.” 

Other studies have shown that on average, marine protected areas managed by the state or other outside authorities have just under twice as much biomass as fished sites − far less than the tripling of biomass seen in this research in a community-managed conservation initiative after six years. 

It is particularly notable that this strong conservation result was achieved from a heavily depleted reef condition at the start of the study, in which fish biomass in the study was around half the typical level for western Indian Ocean reefs.

Velondriake Association community meeting | Photo: Garth Cripps

For many fishing communities reserves can be highly contentious, given the perceived risk around withdrawal of fishing access. Velondriake is no different: fishing is the mainstay of food security and income for the LMMA’s 8,000-strong population, employing 87% of the adult population and providing the sole protein source for 99% of household meals.

Communities in the Velondriake LMMA closed five coral reef fishing sites as reserves; the first in 2009 and the most recent in 2014. Reserve size ranges from 120 hectares to 1,000 hectares. Although substantially smaller than the 10,000 hectares recommended for conservation effectiveness, these modestly sized reserves were the largest areas that the communities of Velondriake felt able to set aside without impairing fishing livelihoods. 

Nevertheless, the study showed that the reserves may be too small to benefit some of the fish that are preferred by fishers, and advised the Velondriake Association to expand at least one of the reserves to accommodate important food fish groups such as snapper, emperor and rabbitfish.

The introduction of Velondriake’s permanent reserves followed years of consultation with local communities, and built on communities’ positive experience of temporary closures for octopus fisheries which had produced significant gains to fisheries landings.

The findings have been shared with the Velondriake Association, the local body responsible for managing the 640kmLMMA, and are helping guide discussions for adaptating and expanding conservation measures − including enlarging and establishing new reserves within the LMMA.  

Knowing that reserves are working is really inspiring for the communities in Velondriake. When we shared these results with the Velondriake Association it sparked lots of discussions about what it could mean for reserves in Velondriake. Ideas have included more reserves or bigger reserves that cover multiple habitats (mangrove, seagrass and reef). We are still discussing options with the communities and being led by what they want to do next.” 

Bic Manahira, Ecologist and Dive Instructor, Andavadoaka 

Building on the results of this study, Malagasy marine scientists are continuing these biomass surveys, and building the technical capacity of the Velondriake Association to be able to use data to inform locally led adaptive management in the long-term.

Research is now underway to establish whether ‘spillover’ of fish populations from the protected sites may be helping to replenish nearby fishing sites. 

As the sun rises, fishers prepare their nets for the day’s fishing | Photo: Leah Glass

While there is evidence of improved catches as a result of local fisheries management, until now there has been little peer reviewed research showing biological benefits of community conservation. This new evidence of conservation effectiveness bolsters the cause of Madagascar’s growing community conservation movement.  This movement now includes 178 LMMAs linked via the MIHARI Network, which is working to strengthen government support for community conservation, including through legal recognition of LMMAs and the rights of small-scale fishers.  

In a country where food insecurity affects 65% of the population, and where 70% of people live under the poverty line, effective locally led marine conservation is a critical route to safeguarding the food security and livelihoods of coastal communities.

Global marine conservation targets are not being met, and many government-led marine protected areas are failing to achieve any kind of conservation outcomes. This research provides compelling evidence of the effectiveness of LMMAs, and the critical role they can play in achieving conservation outcomes through a human rights-based approach.


Read the full paper in Ocean and Coastal Management

Discover how community-led conservation leads to more fish in the sea

Read the research’s recent feature in Mongabay in an article by


We are grateful to the many field scientists and fishers who aided in the collection of data for this study in addition to all staff and volunteers involved in Blue Ventures Expeditions programme, without whom the monitoring and our final dataset would not have been possible. Specific thanks go to the Velondriake LMMA Management Association for allowing us to survey inside their CMNTZs, Bic Manahira and James Paul who were involved in counting the majority of the 77,906 fishes included in our analysis, and boat captains through the years whose invaluable knowledge of the southwest coast of Madagascar has kept our colleagues safe in the water.


En français:

Nouvelle étude : davantage de poissons dans la mer grâce à la conservation communautaire

Une nouvelle étude publiée cette semaine montre que la conservation marine communautaire est en capacité d’augmenter le volume des populations de poissons – un objectif essentiel pour les écologistes qui œuvrent pour la conservation des récifs coralliens.

L’étude, publiée cette semaine dans la revue Ocean and Coastal Management, a analysé les données recueillies dans cinq réserves gérées par les communautés (zones protégées permanentes de non-pêche) au sein de la zone marine gérée localement (AMGL) de Velondriake, dans le sud-ouest de Madagascar. 

Des scientifiques marins et des bénévoles de Blue Ventures ont étudié les réserves pendant sept ans et les ont comparées à cinq sites “témoins” de pêche situés à proximité. L’étude visait à comprendre si ces réserves pouvaient avoir un effet positif sur le volume des populations de poissons des récifs coralliens locaux. 

Sur chaque récif, le nombre et la longueur des poissons ont été recensés tous les ans par des plongeurs, afin d’estimer le poids total des poissons présents dans des zones définies. C’est ce qu’on appelle la biomasse, une méthode simple mais précise d’évaluation de la santé des écosystèmes marins.  

Les réserves ont commencé à montrer des signes d’amélioration après seulement deux ans de protection. Et après six ans, la biomasse avait atteint près de trois fois (189 %) celle des récifs de pêche. Dans l’une des réserves, la biomasse était 6,5 fois (555 %) plus importante que celle du site témoin ouvert à la pêche. Cette étude montre que la conservation marine gérée par les communautés, base de l’approche de Velondriake, peut améliorer de manière significative la santé des récifs. 

“L’idée que les zones protégées de non-pêche peuvent contribuer à l’augmentation des populations de poissons n’est pas nouvelle – elle existe depuis des générations”, explique Hannah Gilchrist, auteure principale de l’étude. “En revanche, très peu de preuves écologiques viennent étayer l’idée que les communautés de pêcheurs elles-mêmes – et non les gouvernements ou les autorités extérieures – peuvent gérer les océans de façon à améliorer la santé des récifs”. 

D’autres études ont montré qu’en moyenne, les zones marines protégées gérées par les États ou d’autres autorités extérieures hébergent un peu moins du double de la biomasse que les sites de pêche – bien moins que le triplement de la biomasse constaté par cette étude dans le cadre d’une action de conservation gérée par les communautés après six ans. 

Il faut souligner que ce très bon résultat en matière de conservation a été obtenu à partir d’un récif fortement épuisé au début de l’étude, dans lequel la biomasse de poissons était environ la moitié du niveau typique des récifs de l’ouest de l’océan Indien.

Réunion communautaire de l’association Velondriake | Photo : Garth Cripps

Pour de nombreuses communautés de pêcheurs, les réserves peuvent être très controversées, étant donné le risque perçu autour du retrait de l’accès à la pêche. Velondriake n’est pas différent : les pêcheries sont le pilier de la sécurité alimentaire et des revenus des 8 000 habitants de l’AMGL, elles emploient 87 % de la population adulte et fournissent la seule source de protéines pour 99 % des repas des ménages.

Les communautés de l’AMGL Velondriake ont fermé cinq sites de pêche dans les récifs coralliens pour en faire des réserves : le premier en 2009, et le plus récent en 2014. La taille des réserves varie de 120 hectares à 1 000 hectares. Bien qu’elles soient nettement plus petites que les 10 000 hectares recommandés pour une conservation efficace, ces réserves de taille modeste étaient les plus grandes zones que les communautés de Velondriake se sentaient capables de mettre de côté sans compromettre les moyens de subsistance des pêcheurs. 

Néanmoins, l’étude montre que les réserves sont peut-être trop petites pour bénéficier à certains des poissons préférés des pêcheurs, et recommande à l’association Velondriake d’agrandir au moins une des réserves pour augmenter le volume de certains groupes de poissons importants dans l’alimentation, tels que les vivaneaux, les empereurs et les poissons-lapin.

L’introduction des réserves permanentes à Velondriake a fait suite à des années de consultation avec les communautés locales, et s’est appuyée sur l’expérience positive des communautés en matière de fermetures temporaires des pêcheries de poulpes qui avaient permis de réaliser des gains importants en matière de pêche.

Les résultats ont été partagés auprès de l’association Velondriake, l’organisme local responsable de la gestion des 640 km2 de l’AMGL, et vont contribuer à éclairer les réflexions sur l’adaptation et l’extension des mesures de conservation, notamment l’agrandissement et la création de nouvelles réserves au sein de l’AMGL.  

“Savoir que les réserves fonctionnent est vraiment stimulant pour les communautés de Velondriake. Lorsque nous avons partagé ces résultats avec l’association Velondriake, cela a suscité de nombreuses discussions sur ce que cela pourrait signifier pour leurs réserves. Parmi les idées avancées, il y a la création de plus de réserves ou de réserves plus grandes couvrant différents habitats (mangrove, herbiers marins et récifs). Nous sommes encore en train de discuter des options avec les communautés et nous nous laisserons guider par ce qu’elles veulent faire ensuite”.

Bic Manahira, écologiste et instructeur de plongée, Andavadoaka

Sur la base des résultats de cette étude, les scientifiques marins malgaches poursuivent l’étude de la biomasse et renforcent les capacités techniques de l’association Velondriake, afin que celle-ci soit en mesure d’utiliser les données pour informer sa gestion adaptative menée localement et à long terme.

Des recherches sont actuellement en cours pour déterminer si le “débordement” des populations de poissons des sites protégés peut aider à reconstituer les sites de pêche voisins. 

Au lever du soleil, les pêcheurs préparent leurs filets pour la journée de pêche | Photo : Leah Glass

S’il existe des preuves de l’amélioration des captures grâce à la gestion locale des pêches, il n’y a eu jusqu’à présent que peu d’études évaluées par des pairs attestant des avantages biologiques de la conservation communautaire. Ces nouvelles preuves de l’efficacité de la conservation renforcent la cause du mouvement de conservation communautaire qui est en pleine expansion à Madagascar. Ce mouvement comprend désormais 178 zones marines protégées connectées via le réseau MIHARI, qui oeuvre pour que le gouvernement renforce son appui à la conservation communautaire par le biais, entre autres, de la reconnaissance juridique des zones marines protégées et des droits des petits pêcheurs.  

Dans un pays où l’insécurité alimentaire touche 65 % de la population, et où 70 % des gens vivent sous le seuil de pauvreté, une conservation marine efficace menée au niveau local est une voie essentielle pour assurer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés côtières.

Les objectifs mondiaux de conservation marine ne sont pas atteints, et de nombreuses zones marines protégées gérées par les gouvernements ne parviennent à aucun résultat en matière de conservation. Cette recherche fournit des preuves irréfutables de l’efficacité des AMGL et du rôle essentiel qu’elles peuvent jouer dans l’obtention de résultats en matière de conservation à travers une approche fondée sur les droits humains.


Nous sommes reconnaissants aux nombreux scientifiques de terrain et pêcheurs qui ont contribué à la collecte des données pour cette étude, ainsi qu’à l’ensemble du personnel et des bénévoles impliqués dans le programme Blue Ventures Expeditions, sans qui le travail de suivi et la constitution de notre base de données finale n’auraient pas été possibles. Nous remercions tout particulièrement l’Association de gestion de l’AMGL Velondriake qui nous a permis d’enquêter à l’intérieur de ses zones protégées permanentes de non-pêche à gestion communautaire, Bic Manahira et James Paul qui ont participé au comptage de la majorité des 77 906 poissons inclus dans notre analyse, ainsi que les capitaines de bateaux qui, au fil des ans, ont apporté à nos collègues une connaissance inestimable de la côte sud-ouest de Madagascar et ont assuré leur sécurité dans l’eau.


 

Pin It on Pinterest